Thierry Drapeau entre tradition et modernité

by / mercredi, 18 juin 2014 / Published in 7 ailleurs, 7 un restaurant, 7 une terrasse
thierry drapeau

Jusqu’à la fin du mois de juin, nous vous proposons des idées pour préparer vos vacances sous le signe de la gourmandise.

L’Hôtel et Restaurant Thierry Drapeau, est une halte gastronomique au milieu de la campagne vendéenne que nous vous recommandons chaudement.

L’Hôtel

Ouvert en août 2013, l’hôtel du chef Thierry Drapeau a de quoi surprendre, paquebot d’une incroyable modernité au milieu du bocage vendéen. L’année dernière encore, rien n’existait pour héberger les voyageurs hormis des campings, la région se prêtant bien aux escapades en plein air. Le premier Relais et Châteaux a donc fait son apparition, magnifique édifice à l’ombre d’un chêne de 8 siècles. Ce bâtiment sera entièrement végétalisé, et  des chevaux paîtront prochainement dans les pâturages, pause bucolique et design à la fois. Le restaurant du chef deux étoiles se situe à une centaine de mètres de là, un agréable chemin dans la nature permet d’y accéder à pied. Dans cet hôtel linéaire et contemporain aux tons anthracite et fuchsia, 14 chambres très chics dont 3 suites, toutes différentes, ont été décorées avec beaucoup de goût par le maître des lieux. Un spa complète l’offre.

« L’hôtel demande encore à évoluer, nous allons le faire grandir avec nous », certifie Thierry Drapeau qui vient d’inaugurer un potager d’herbes aromatiques.

Par ailleurs, le petit déjeuner mérite que l’on s’y attarde. Le pain est pétri et cuit sur place, la boulangerie étant d’ailleurs ouverte aux habitants du bourg. Apporté à table, en trois services, ce petit-déjeuner de champion passe des viennoiseries succulentes, aux œufs vraiment parfaits, puis au pain perdu ou crêpe, avec des jus de fruits frais, bien sûr,… un véritable repas, savoureux, copieux et assez inoubliable, il faut bien le dire.

Le dimanche, le salon de thé offre un agréable moment de détente et la terrasse permet de profiter de la campagne environnante. Une halte extrêmement plaisante à une trentaine de minutes au sud de Nantes.

Le restaurant

Le parcours de Thierry Drapeau n’a pas été un long fleuve tranquille, mais il a trouvé une belle sérénité depuis qu’il a répondu à l’appel d’offre lancé par le Conseil général de Vendée. « J’ai découvert cet endroit, je suis immédiatement tombé sous le charme et j’ai repris l’affaire avec mon épouse Karine. Dès la première année, en 2004, je suis devenu espoir Michelin », énonce-t-il fièrement. Il obtient d’ailleurs la première étoile immédiatement après. Ce « provocateur de plaisirs » demande alors des transformations pour relooker cette ancienne étable et lui apporter des touches contemporaines. En 2010 il décroche ainsi son deuxième macaron, dans une salle splendide, avec une hauteur sous plafond vertigineuse, ornée de tentures, avec des lampes sur pied individuelles, des tables spacieuses. Le restaurant qui fête cette année ces dix ans d’existence joue la carte de l’éphémère, avec des produits de la région et de saison comme dans la poularde de la Cour d’Armoise, escargots, piperade et caillette bien corsée servie avec un Côte du Jura, pinot noir 2011 de Ganevat, tandis que le canard de Challans, mousseline de pomme de terre à la badiane, raviole de fenouil, olive et chocolat blanc, croustillant olive et réglisse, était accompagné d’un Maury sec 2011 en 100 % grenache du domaine de La Preceptorie.

Dans ce restaurant à l’ambiance familiale, on se régale d’une cuisine savoureuse, jouant sur l’acidité et l’amertume, avec des notes herbacées ou florales comme on peut les retrouver dans la langoustine translucide qui rencontre la sardine presque crue, chauffée dans un bouillon au safran, fèves fraiches, fleur de concombre et tomates avec une pointe d’ail noir maturé en eau de mer apportant une saveur légèrement sucrée. Sublime. Quelques touches exotiques viennent également relever subtilement les plats comme dans les Saint-Jacques et huître pochées et en tartare, émulsion au galanga, kombu confit, radis, fleur de bourrache et crémeux de bergamote. Un superbe mélange de textures, de saveurs. Mention spéciale pour la cuisson du poisson, comme ce fut le cas du turbot de ligne, de toute beauté, jus de viande corsé à la truffe, quenelle pignon, parmesan, des artichauts poêlés, ail des ours et la fraicheur du pamplemousse accompagné d’un Bourgogne d’Agnès Paquet, Auxey-Duresse 2010.

Les desserts sont tout aussi fabuleux, cette table proposant des associations toujours judicieuses, parfois audacieuses, certainement délicates et sensibles. Un grand moment gastronomique.

7 un plus : cours de cuisine pour 4 personnes maximum, les lundis ou mardis matins avec déjeuner en compagnie du chef à 105 €

Infos pratiques
Thierry Drapeau Hôtel et Restaurant
Logis de la Chabotterie, 85260 Saint-Sulpice-le-Verdon
Tél. : 02 51 09 59 31
Arrivée en train : gare l’Herbergement, l’hôtel viendra vous y chercher. Sinon, une héli-surface vous permet d’arriver avec votre appareil personnel…
Fermé du 7 au 14 juillet.
Restaurant fermé le dimanche soir, lundi et mardi.

Déjeuner à 39 € (sauf week-end et jours fériés) avec entrée, poisson, viande et dessert ainsi qu’un verre de vin, de l’eau et un café.
Dîner à 78 €, 120 € en accord mets et vins
Dîner carte blanche 119 €, 165 € en accord mets et vins
Menus pour les enfants à 19 € ou 45 € selon leur appétit.
Nombre de couverts : 70 et 30 en terrasse

Chambres : de 115 à 450 € selon la taille et la saison
Plus d’infos ici
Petit-déjeuner en trois services : 24 € par personne

La boulangerie et l’épicerie ouvertes au public proposent des chocolats de Vincent Guerlais, des terrines et une cave à vins (à partir de 9 €).

Les commentaires sont fermés.

TOP